mardi 15 septembre 2009

FRUSTRATION : Pride House












On va mettre une chose au clair en débutant : ce que deux adultes consentants font derrière des portes closes, c’est de leurs affaires (et je ne me mêlerai surtout pas de leurs affaires, c’est le cas de le dire) et je n’ai pas de misère avec ça.

Mais là où je décroche c’est lorsqu’aux Jeux Olympiques de Vancouver l’an prochain les athlètes gais, lesbiennes, bisexuels (dit les incertains) et transgenres bénéficieront d’un endroit appelé Pride House où ils pourront se retrouver entre eux et avec leurs parents et amis, alors là c’est trop.

On nous casse les oreilles qu’on ne devrait pas faire de ségrégation, bien cela en est.
Une petite cabane pour les musulmans, une autre pour les blancs pâles, une autre pour les blancs très très foncés tant qu’à y être.

Vous vous placez à l’écart. du reste du monde, puis vous pleurez sur notre épaule qu’on fait de la ségrégation, vous repasserez pour celle-là.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire